Historique

CMI, le modèle de l’Association Irlandaise

Comment évoquer l’histoire de l’Association Irlandaise sans parler du CMI ? Le Centre de Musique Irlandaise a été crée au début des années 80.
L’idée de réunir les personnes intéressées par la musique irlandaise a mûri auprès des musiciens de Shamrock, souvent sollicités à la suite de leurs concerts.
L’objectif du CMI était d’être un lieu de transmission et d’échanges. Les pionniers, souvent autodidactes, enseignaient les bases de cette musique, leur évitant le dur labeur du défrichage, leur apprenant à écouter et s’approprier mélodies et ornementations.
Tous les lundis, puis jeudis soirs, dans les locaux de la Mission Bretonne (eh oui, déjà) se retrouvaient les ateliers de violon, flûte, bodhran et whistle.
Puis le set dancing a fait son apparition dans les activités du CMI. Professeurs et élèves se sont regroupés pour former le premier Paris Ceili Band, auquel s’est joint un groupe de danseurs. Le CMI organisait également des week end de stages et des concerts mémorables (le groupe Kilera avec Niamh Parsons, Noel Hill et Tony Linnane, Boys of the Lough, …) Le CMI a officiellement cessé ses activités en 1986.

Les débuts de l’Association Irlandaise

Elle a été créée en 1984 par un groupe de Dublinois vivant à Paris : Dave Connaughton, Mike O’Shea, Daisy O Carolan, Liz Osbourne, …. C’étaient des gens engagés politiquement à une époque où l’Irlande était le théâtre de nombreux évènements. Ils voulaient créer une association culturelle et politique, pensant qu’on ne pouvait dissocier ces deux aspects. Une importante activité de l’Association était la rédaction mensuelle du journal An t Eireannach, qui signifie en gaélique, l’Irlandais.

L’association diffuse le journal An t Eireannach qui a pour but de donner une information régulière sur la situation économique, sociale, politique et culturelle en Irlande et en France. Elle organise aussi des débats et des réunions, des projections de films, des expositions sur les sujets susdits” article 2 des statuts de l’Association.

Imaginez un jeudi soir où les locaux de la Mission Bretonne sont essentiellement fréquentés par des irlandais, où l’on parle et diffuse un journal en anglais, où un des soucis du CA est de compter un français dans ses rangs. Les temps ont bien changé. Les français se sont très vite intéressés aux activités et ont adhéré à l’Association. Avec le départ petit à petit des fondateurs, l’Association Irlandaise est devenue francophone et uniquement orientée vers son activité culturelle par le biais de la musique et de la danse traditionnelles.

Le rôle de la Brooks Academy

La Brooks Academy de Dublin, avec qui nous organisons des stages depuis 17 ans, a joué un rôle important dans le développement de la danse à l’Association. Denise, danseuse du Clare, connaissait The Set de sa région, le Caledonian, qu’elle enseignait ainsi que des danses de ceili. Avril avait pour mission de rapporter du festival de Miltown Malbay des set qu’elle expliquait à Denise pour préparer les cours. Elles ont ensuite fait appel au concours de la Brooks Academy qui a répondu oui à leur demande et a apporté un véritable répertoire de set aux danseurs de l’Association. C’est en 1998 que les stages de musique sont venus compléter ce week end important pour l’Association.